Faire un master et être kinésithérapeute : mission impossible ?

Faire un master et être kinésithérapeute : mission impossible ?

Être kinésithérapeute et se lancer dans un Master, cela peut paraître impossible. Nombreux sont ceux à vouloir être indépendants financièrement après leur diplôme, mais pas seulement ! Entre les cours, les patients, les révisions et les temps dédiés à la vie personnelle, il faut savoir être très organisé. Alors est-ce vraiment compatible ? Le témoignage de Blanche montre qu’il suffit de trouver un équilibre entre ces deux activités.

Fiche d’identité

Prénom : Blanche
Cursus : Master 2 de Recherche en Réadaptation Médecine Sorbonne Université
Credo : « Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour » (Confucius)

Son choix de master 

Une fois son Diplôme d’État en poche, Blanche, souhaitant compléter sa formation, se lance dans un Master 2 de Recherche en Réadaptation.

“Je pouvais me contenter de “juste” avoir mon diplôme mais je voulais faire de la recherche et je me suis donc orientée naturellement vers un Master. En fait le master m’amenait à réaliser des tâches que je n’aurais pas pu faire en faisant uniquement de la clinique. Par exemple ça m’a ouvert les voies de la Recherche, de l’enseignement…”. 

Problème technique : concilier être kinésithérapeute & faire son master

Ladite Master 2 donnait des cours le mercredi après-midi, le jeudi et le vendredi. Blanche habite à Paris et a un loyer à payer. Pour faire face à ses besoins financiers, elle pense alors à travailler en clinique dans un service de réadaptation pédiatrique. Mais la clinique cherche uniquement des temps pleins. Blanche aurait pu se tourner vers l’exercice en cabinet libéral, comme 85% des kinés après leur diplôme, mais elle ne souhaite pas se tourner vers cette forme d’exercice. Il lui est donc très compliqué de trouver une activité qui soit en adéquation avec son Master et ses valeurs. Que faire ? 

“Je pouvais toujours sécher les cours, et les rattraper ensuite. Mais premièrement le présentiel était fortement conseillé et deuxièmement je ne me lançais pas dans un master pour finalement ne pas venir aux cours. Donc là, je me posais plein de questions. “

Elle poste un message sur un groupe de kinésithérapeutes parisiens un peu à contre-cœur. Une heure après, elle avait reçu 10 appels, 18 messages, beaucoup n’étant pas en rapport avec sa demande initiale, à savoir pouvoir adapter ses horaires à son master. Un message sort du lot, c’est celui de la co-fondatrice de Gudule qui lui propose de se lancer dans l’exercice à domicile ! Elle n’y avait pas pensé mais être kinésithérapeute à domicile pourrait lui assurer de faire son Master !

Gudule : la liberté à l’état pur

Si elle avait suivi un parcours classique, Blanche aurait sans doute débuté par des remplacements, dont l’organisation avec le planning de son Master aurait été très compliquée. Elle aurait sûrement pensé aussi à l’assistanat, mais sa formation à mi-temps lui aurait fermé pas mal de portes. Finalement, bien qu’elle n’y eût pas pensé avant de découvrir Gudule, s’orienter vers le domicile, en tant que titulaire de sa propre activité, s’est révélé être en parfaite adéquation avec sa volonté de suivre son Master. 

“En fait, j’avais besoin d’être totalement libre mais aussi totalement aidée. J’étais complètement paumée et l’offre de Gudule me permettait d’être entièrement libre. Quand tu fais partie de Gudule, tu n’as aucune contrainte horaire, tu peux changer tes jours de travail quand tu le souhaites et tout ça en gagnant bien ta vie. C’était la solution idéale et la plus compatible avec un Master en parallèle.” 

Faire un master & être kinésithérapeute : mission possible !

Devenir titulaire de son activité, ce n’est pas si compliqué

Ce qui aurait pu la freiner ? C’est tout ce qu’engendre le titre de “titulaire”.  Dans l’esprit collectif des jeunes diplômés, cela signifie des démarches administratives complexes, des investissements lourds et d’importantes responsabilités. 

“En réalité, on s’en fait une montagne pour pas grand-chose. C’est aussi simple que de devenir assistant ou remplaçant. Après avoir échangé avec les kinésithérapeutes fondateurs du réseau, ils m’ont pris sous leur aile. Ils m’ont aidé à effectuer ma demande d’inscription à l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes. Dix jours après je commençais mon activité. En fait, ils m’ont permis d’y voir plus clair quant à mon avenir professionnel.”

Une kinésithérapeute avec de grandes aspirations

Blanche est une des premières à avoir rejoint notre réseau de kinésithérapeutes. En arpentant les rues du 14ème arrondissement de Paris à Vélib’, elle s’est vite rendue compte qu’il était plus judicieux d’investir dans son propre vélo. Désormais, Blanche est un membre à part entière de la Gud’Family et aide le réseau à se développer. Vous la trouverez sûrement en réunion tous les mardis soir afin d’aider nos deux co-fondateurs.

Après son Master, Blanche se lance dans l’organisation d’un congrès, projette de se lancer dans une mission humanitaire voire même de pratiquer en prison. Elle a plein de projets en tête ! Elle sait qu’elle peut compter sur Gudule pour l’encourager et trouver un moyen de rendre sa vie plus simple, plus libre. 

Être kinésithérapeute à domicile et faire un master : le conseil du jour 😊

Et parce que, chez Gudule, on raffole des conseils, on a demandé à Blanche le sien ! 

« Le plus important c’est de bien choisir ton Master. Il faut savoir quelles sont les raisons qui te poussent à le faire. En un an ou deux, à temps plein ou à temps partiel, l’activité à domicile s’adapte parfaitement à tes besoins. C’est la solution sur mesure et financièrement confortable ! Gudule va juste te permettre d’aimer encore plus ce que tu fais de ta vie ! »


Nous voyons un téléphone portable sur lequel l'application du kinésithérapeute à domicile est ouvert. On constate qu'il a une tournée optimisée.






%d blogueurs aiment cette page :